Lire les partitions de piano – clés et notes

Pour lire une partition de piano, on retrouve cette écriture la plus fréquente :

  • la portée du bas à lire en clé de Fa : les notes plus graves qui sont jouées par la main gauche
  • la portée du haut à lire en clé de Sol : les notes plus aiguës qui sont jouées par la main droite

 

Retrouvez sur cette page : d’autres leçons pour apprendre le solfège avec le piano

 

Les deux portées sont réunies en un système (l’accolade).

Le Do central du clavier peut se placer entre les deux portées pour bien visualiser la continuité des notes de la clé de Fa à la clé de Sol, ou des sons les plus graves vers les sons plus aigus.

Système et réunion des deux clés par le Do central

Système et « réunion » des deux clés par le Do central

 

Nous allons voir dans cet article des exemples de partitions qui sortent de ce cadre ordinaire de lecture, clé de Fa – clé de Sol / main gauche – main droite lorsque :

  • les notes sont écrites dans des lignes supplémentaires entre les deux portées, pour l’une ou l’autre clé
  • les deux mains « s’inversent » ou bien se croisent
  • il y a deux mêmes clés ou des changements à l’intérieur du même morceau

 

 

Clé de Fa et clé de Sol – différentes écritures et lectures

En restant dans la « configuration » d’un système clé de Fa avec clé de Sol, il arrive souvent de continuer à lire en clé de Fa des notes dépassant le Do central vers les aigus. En général, ces notes sont toujours jouées par la main gauche.

Inversement, des notes en dessous du Do du milieu, dans les graves, peuvent être lues en clé de Sol et donc en général toujours jouées par la main droite.

 

Cette continuité de lecture dans une même clé convient quand les notes appartiennent à un mouvement unique ou à une partie bien précise (accompagnement, mélodie).
Par exemple, pour ne pas rompre la lecture d’une mélodie écrite en clé de Sol, des notes qui iraient en dessous du Do central, on continue d’écrire ces notes en clé de Sol.

Ces notes sont alors écrites entre les portées, dans des lignes ou interlignes supplémentaires. Pour une bonne lisibilité, l’espace entre les deux portées s’élargit.

 

Lecture des notes en clé de Sol et clé de Fa dans les lignes supplémentaires entre les deux portées

Lecture des notes en clé de Sol et clé de Fa dans les lignes supplémentaires entre les deux portées

Comme vous le voyez dans l’écriture ci-dessus, les notes les plus graves écrites en clé de Sol s’étendent en général jusqu’au Fa ou au Mi grave en dessous du Do central.

Les notes les plus aiguës écrites en clé de Fa s’étendent en général jusqu’au La ou au Si au-dessus du Do central.

 

Extrait nocturne Chopin en mi bémol majeur. La main gauche joue les notes au-dessus du Do central (en clé de Fa).

Extrait nocturne Chopin en mi bémol majeur. La main gauche joue les notes au-dessus du Do central (en clé de Fa).

Dans cette première mesure du célèbre nocturne en mi bémol majeur de Chopin (op.9 n°2), l’accompagnement est écrit en clé de Fa jusqu’au La plus aigu au-dessus du Do central. La main gauche joue toute cette partie.

 

Inversion et croisement des mains

Il arrive que la main droite joue des notes écrites sur la portée en clé de Fa. Il y a inversion des mains pour jouer quelques ou plusieurs notes, même si la partie est la même.

Cela survient en général pour des raisons de facilités : le doigté convient mieux à l’autre main, la distance est plus courte, l’enchaînement est facilité, on peut jouer plus vite si le mouvement est rapide…

Inversion des mains

Inversion des mains

 

Les deux mains peuvent aller jusqu’à se croiser si la main droite joue des notes plus graves en même temps que la main gauche joue des notes plus aiguës.

C’est ce que vous pouvez voir sur cette première mesure extraite de la chanson « La quête » de Jacques Brel (arrangement au piano). La mélodie est écrite sur la portée en clé de Fa et jouée par la main droite. En même temps, la main gauche doit prendre les notes de la clé de Sol en passant au-dessus de la main droite.

 Croisement des mains

Croisement des mains

 

Ces cas d’inversion et de croisement des mains ne doivent pas s’entendre. Au son, on ne doit jamais faire la différence si c’est la main gauche ou la main droite qui joue, ou le doigt d’une autre main qui intervient.

On veillera par contre aux différents plans sonores (mélodie plus forte que l’accompagnement) ainsi qu’au respect des nuances telles qu’elles sont écrites.

 

Les deux mains jouant sur la même portée

Dans ce genre de trait illustré ci-dessous, on lit les notes sur la même portée pour les deux mains.

Lecture sur la même portée

Lecture sur la même portée

 

 

D’autres lectures – clés identiques et changement

 

Deux portées avec la même clé

Si le système clé de Fa/clé de Sol est le plus répandu, certaines partitions peuvent être écrites totalement en clé de Sol ou en clé de Fa. Ainsi, on lit les notes selon la même clé pour les deux mains.

Cela ne change pas la logique :

  • les notes les plus graves sont lues sur la portée du bas, toujours jouées en règle générale par la main gauche.
  • les notes les plus aiguës sont sur la portée du haut et jouées habituellement par la main droite.

Remarque : on ne peut donc jamais se retrouver avec la clé de Sol en bas et la clé de Fa en haut. Ce serait contre la logique de l’écriture qui suit une échelle sonore montant dans les aigus, de la portée du bas à la portée du haut.

Le système avec deux clés de Sol

Le système avec deux clés de Sol

 

Le système avec deux clés de Fa

Le système avec deux clés de Fa

 

Dans ces morceaux, comme on ne joue pas en majorité au milieu du clavier, on peut décaler notre assise afin de recentrer notre position :

  • vers la droite si le morceau est uniquement écrit en clé de Sol
  • vers la gauche si le morceau est uniquement écrit en clé de Fa

 

Cela se voit aussi dans les morceaux de piano à 4 mains. Le 1er piano se mettra à droite du clavier, sa partie sera couramment avec deux clés de Sol. Le 2ème piano sera à sa gauche, il jouera dans les graves.

Quand on joue seul, on peut décaler la banquette à la condition que le morceau reste écrit de la même façon et qu’il n’y ait pas par exemple de changement de clé. Ce qui nous amène à parler…

 

Changement de la clé en cours de morceau

Au milieu d’un morceau, la clé peut changer sur l’une ou l’autre des portées.

Changement de clé en cours de morceau

Changement de clé en cours de morceau

 

Cette partition commence en clé de Fa sur les deux portées. La portée du haut alterne ensuite en clé de Sol puis revient en clé de Fa.

Il faut être vigilant lors du déchiffrage de ces partitions afin de repérer tout de suite ces changements de clé. De là dépend une bonne lecture, puis le bon positionnement des mains avec la mise en place des doigtés.

 

 

De la bonne lecture de la musique, des clés et des notes

Enfin, quelques mots sur la lecture des notes de musique qui est une étape importante de l’apprentissage « classique » de la musique et du piano.

Parvenir à bien lire, c’est reconnaître directement les notes en fonction de leur position sur la portée. Pour les deux référentiels, Clé de Sol ou clé de Fa, l’objectif est d’avoir une lecture automatique, puis d’associer aussi directement les notes aux touches du clavier.

 

Lorsqu’il y a une même clé pour les deux mains ou lorsque les clés alternent comme nous l’avons décrit plus haut, notre esprit doit rester concentré afin de se fixer tout de suite au bon référentiel. Répéter des partitions avec ces différents cas de figure (même clé, changements) est un bon entraînement au déchiffrage et à la lecture.

De la même façon, plus on joue des morceaux aux armatures variées (altérations) mieux on est préparé à des lectures différentes et au bon positionnement de nos doigts sur le clavier.

Cet article vous a-t-il apporté des conseils utiles ?

Continuez à apprendre en recevant tout de suite :

Les guides gratuits "Les bonnes méthodes pour apprendre vos partitions" et "300 accords de piano"

2 morceaux faciles, avec des conseils détaillés en vidéo : le 1er prélude de Bach et la chanson Hallelujah.


L'envoi est immédiat. Vos données resteront confidentielles

 

Partager sur facebook

47 commentaires


  • Antoine

    bonjour benoit ,
    je te remercie pour ce que tu fais , une fois encore ton article est super intéressant, il est complet et très explicite.
    merci encore ,

    • Benoit

      Merci Antoine !

  • Claudine

    Merci de ces explications. Eléments déjà appris en cours de piano, mais cela permet de revoir et mieux comprendre. Par contre, je trouve difficile de bien mémoriser la lecture des notes écrites en dehors de la portée, surtout celles qui en sont le plus éloignées. En tout cas, bravo pour votre site.

    • Benoit

      Bonjour Claudine,

      Oui, la lecture dans ces lignes supplémentaires est moins évidentes (c’est aussi valable dans les extrêmes aigus en clé de Sol). Visuellement, l’oeil a déjà plus de mal à se repérer. On a aussi moins fréquemment affaire à ce genre de lecture, surtout au début avec des partitions faciles (ce qui est normal). Il faut donc progressivement multiplier ces cas de lecture et partitions variées pour s’habituer, que cette lecture devienne plus automatique.

      Bonne continuation 🙂

  • Marcelle

    Bonjour Benoit

    Ton article vient au bon moment car je travaille en ce moment le concerto pour piano n°21 et j’ai des croisements de mains qui j’avoue me rend la tâche plus difficile ainsi que la lecture de note car ça demande d’être très vigilant car il y a des passages où les deux clés sont mélangées alors merci pour ton article que je trouve très intéressant.
    Bonne journée

    • Benoit

      Bonjour,

      Il est judicieux (nécessaire) de se noter des repères sur les partitions que l’on déchiffre ou en cours d’apprentissage, notamment si il y a peu d’indications (y compris les doigtés) : l’endroit où une clé change, les notes que doit prendre l’une ou l’autre main si c’est sur l’autre portée.

      Bonne journée.

  • Lyne

    Bonjour, Benoît

    Merci beaucoup pour cet excellent article, moi qui me bats continuellement avec les notes situées en dehors des portées 😉
    C’est toujours avec grand plaisir que je lis vos articles, encore merci beaucoup pour le travail immense que vous faites.

    Lyne P.

    • Benoit

      Merci Lyne 🙂

  • serge

    bonjour Benoît,
    je suis toujours impressionné par la qualité de ton travail.
    c’est clair, limpide et pertinent.
    au sujet de cet article la musique pourrait être aussi écrite avec une indication de l’octave à utiliser et ainsi éviter les lignes supplémentaires très compliquées nop ? il me semble avoir lu ça un jour mais je ne retrouve pas où et pas encore rencontré (lol)
    merci pour nous apporter la clé de la réussite !

    • Benoit

      Bonjour Serge,

      Merci !

      Oui cette indication d’octave supplémentaire existe mais pas dans le cas où les notes sont entre les deux portées :
      – symbole « 8va » (se dit « ottava alta ») au-dessus de plusieurs notes : ces notes sont jouées une octave au-dessus. Ce sont des notes en général au-dessus du Do aigu noté sur la deuxième interligne en haut de la portée clé de Sol (le troisième Do après le Do central).
      – symbole « 8va b » (se dit « ottava bassa ») en dessous de plusieurs notes : les notes sont jouées une octave an dessous. Pour éviter de rajouter trop de lignes supplémentaires en dessous de la deuxième portée.

      Tu verras les symboles sur la partition à la fin de cet article.

      Bonne continuation.

  • Michel

    Je souhaite depuis fort longtemps commencer le piano.
    Merci de m’aider à cet apprentissage qui me parait compliqué…….
    J’ai 79 ans et j’adore chanter. Je voudrais pouvoir trouver rapidement la hauteur des notes.

  • Norbert

    bjr Benoit, très intéressant surtout le changement de clé, si tu peux donner encore plus de détails ce sera génial encore merci,

    • Benoit

      Bonjour Norbert,

      Ce changement peut concerner à la fois la clé mais aussi l’armature (changement d’altérations, changement de tonalités), le rythme (changement du chiffrage). Pour ces changements d’armature et de chiffrage au milieu d’un morceau, il y aura une double barre de mesure avant la nouvelle indication.

      A la manière de cet article, je me suis noté de faire un article concernant la lecture du rythme.

  • Frédéric

    Bonjour Benoit,
    Cet article est passionnant, tout comme les autres articles publiés sur le site, et encore bravo pour cette envie incroyable de partager ta passion et d’apprendre aux autres toujours plus. Félicitations pour le site et les articles.
    Frédéric

    • Benoit

      Bonjour Frédéric.

      Merci pour le message, cela m’encourage !

      Et merci pour tous les autres messages positifs.

  • Mylène

    Cet article est bien intéressant pour le lien entre clé de sol et clé de fa, je n’avais jamais pensé à cette continuité d’écriture !
    Pour la lecture des notes très au-dessus ou très au-dessous de la portée, j’ai tendance à « tricher » un peu en écrivant le nom de la note, mais de moins en moins.
    En fait il faudrait voir la lecture de notes comme un exercice et la pratiquer régulièrement, programme un peu difficile à tenir !
    Bonne soirée

    • Benoit

      Bonjour Mylène,

      Oui, on peut pratiquer la lecture sans piano, avant d’attaquer une nouvelle partition ou simplement comme un exercice.

      Bonne soirée.

  • Anh

    Bonjour Benoît,

    Merci pour ton article ( et aussi pour les articles précédents). Je pense de me remettre au piano en septembre et je trouve que c’est très utile ce que tu nous a envoyé.

    Anh

    • Benoit

      Merci Anh,

      Bonne reprise pour septembre.

  • Chriss

    Merci Benoit pour ce nouvel article, j’ai justement du mal à m’y retrouver dans ces changements de clés.
    Bravo et merci pour tout ce que vous nous apportez.

  • Tresor

    merci Benoît pour la brochure!
    dans une partition en clé sol les deux portées, le dessus ne peut pas changer de clé et prendre le fa ?

    • Benoit

      Je ne pense pas.

      Si il y a des notes à écrire en clé de Fa (donc plus grave) lorsqu’il y a à la base deux clés de Sol, il est plus logique de placer cette clé de Fa en dessous.
      En haut, cela irait contre le bon sens de la lecture.

  • Dany

    Bonsoir Benoit.

    Merci pour toutes tes explications toujours très claires. Oui il est vrai que le croisement des mains n’est pas souvent facile mais on s’y habitue très vite. Les lignes supplémentaires, c’est idem : pas facile du tout mais c’est une question de temps et de travail. Après on n’y pense même plus, ça devient automatique.
    Il faut être persévérant, ne pas se décourager. Quand on aime jouer du piano par exemple, on ne compte
    pas le temps passé pour apprendre tout ce qui en découle. Cela devient une vraie passion. Le résultat est
    au rendez-vous, n’est-ce-pas ?
    A bientôt pour les prochaines formations. Un grand merci Benoit.

    • Benoit

      Bonjour Dany,

      Je vous rejoins, la lecture est une question d’habitude.

      Tout à fait, le résultat est toujours au rendez-vous si on s’entraîne assez régulièrement 🙂 On s’étonne très vite de nos capacités au piano et devant une partition.

      Bonne journée.

  • Jocelyne

    Merci Benoît
    Pour ce que vous nous apportez vous êtes généreux et vos explications m apporte énormément….
    Merci

    • Benoit

      Merci Jocelyne !

  • POULE

    Merci de ces explications. Eléments déjà appris en cours de piano, (4 ans de piano avec un professeur) mais cela permet de revoir et mieux comprendre. Il m’est toujours difficile de bien mémoriser la lecture des notes écrites en dehors de la portée, surtout celles qui en sont le plus éloignées.. J’ai commencé la formation sur les accords. Merci, C’est super, cela semble beaucoup plus facile à comprendre avec cette méthode, malgré les explications de mon professeur, pour moi, ce n’était pas clair. . je conseille cette formation à tous.
    Cordialement
    Danielle

    • Benoit

      Bonjour Danielle,

      Merci du message 🙂

  • GALAS

    ET bien , je me joins aux messages déjà expédiés pour vous dire combien certaines choses problématiques, parce que abordées trop vite lors d’un cours, deviennent grâce à vos explications, évidentes !!! Merci ! Cordialement

    • Benoit

      Merci Galas.

      Il faut retenir qu’il peut y avoir de nombreux cas de figures quant à l’écriture d’une partition.

      Il est toujours intéressant de s’attarder quelques minutes sur toutes les indications quand on commence à déchiffrer une partition. En premier, ce qu’il y a à la clé.

      Bonne continuation.

  • Christian

    Bien , je reviens vers vous!

    Avez vous une méthode pour le solfège
    et des exercices pour délier les doigts , avec des exercices progesseifs?
    Merci pour votre réponse.
    christian

  • Annick

    Merci Benoît pour cet article très clair et très complet. Pourriez-vous m’indiquer le niveau de difficulté d’un morceau de Chopin s’il vous plaît. Il s’agit de la Valse Op 69 n°1
    Annick

    • Benoit

      Bonjour Annick,

      Je dirais que c’est une valse de niveau intermédiaire pour les valses de Chopin. Il n’y a pas de mouvements plus difficiles. Le tempo n’est pas rapide. Pas de décalage dans le rythme, à part des suites de petites notes sur quelques mesures, exécutées vites (mais sur lesquelles on peut avoir un léger rubato).
      Niveau intermédiaire parmi les valses, mais néanmoins un niveau de piano intermédiaire à avancé.

      Bonne journée.

  • Didier

    merci Benoît pour tous ces rappels , de situations inconfortables pour le pianiste débutant et même plus aguerri; j’ai parfois besoin de faire figurer le nom des notes très hors de portées ; parfois même pour des accords entiers : je me rappelle le travail effectué de cette sorte pour la sonate pathétique de L.V . Beethoven et n’oublie pas l’exercice obligé des croisements de mains dans le premier mouvement; il est vrai que la répétition et la mémorisation rendent ensuite l’exécution de ces difficultés plus aisée et comme coulant de source ; je suis d’accord avec toi lorsque tu conseilles un travail de déchiffrage hors piano , en repérant bien les types d’obstacles, des doigtés à souligner et une préparation en amont pour rendre ensuite l’exposé , mains sur le piano , plus aisé , parce que annoté, souligné ou surligné, bref, mieux anticipé ,intellectuellement ; à force , on se libère de ces servitudes et nous nous approprions ces diverses manières et obstacles apparents mis sur notre chemin par les compositeurs , parce qu’ils répondent finalement à une une cohérence dans leur langage même au service d’une pensée mélodique et d’un discours musical très habilement et génialement construit, comme une nécessité( théorique) pour l’expression de leur pensée, et non point comme un malin plaisir à vouloir semer d’embûches notre apprentissage ; de plus j’éprouve un réel plaisir à ce déchiffrage multiple et changeant. et les clés que vous nous offrez pour nous en faciliter cette découverte m’amènent à une reconnaissance de votre travail et investissement au service de notre passion respective du piano . amicalement Didier

    • Benoit

      Ouah Didier 🙂

      Merci pour ce long message.

      Je remets en avant ce que vous notez sur l’écriture. Oui, il y a une cohérence dans l’écriture pour que celle-ci s’accorde bien avec le piano : la position des doigts et les doigtés en premier. Une partition chargée de notes se révèlent assez logique finalement, il n’y a quasiment pas d’inconfort lié à des doigtés impossibles (sauf par exemple, quand des intervalles pouce-petit doigt sont trop grands, prévus pour de plus grandes mains).

      Il faut presque être plus vigilant avec les arrangements qu’avec les partitions classiques. Certains passages d’arrangements ne sont justement pas très confortables, ou des doigtés mal indiqués.

      Bonne continuation.

  • Denise

    Benoit. Merci pour tous vos bons conseils,et votre grande générosité
    Moi aussi j’ai de la difficulté avec les notes placées en hauteur,mais j’y
    parviendrai avec de la patience et du vouloir.
    Denise

    • Benoit

      Merci Denise

      Bonne journée

  • Daniel

    Il est vrai que j’ai jamais répondu à vos mails, mais j’avoue franchement que vous donnez du meilleur.
    Merci pour votre disponibilité à nous conduire vers la perfection.

    • Benoit

      Merci Daniel !

  • Darlene

    Bonjour
    Vos conseils sont bien merci. J’étais en train d’écrire un manuel de ce genre là, je me retrouve et je le communique à mes élèves. Je continue à voir

  • Robert

    Bonjour Benoit,

    Encore merci pour tous vos conseils, je reviens vers vous parce que je suis bloqué par rapport aux accords j’ai encore beaucoup de mal.
    Par exemple avec la partition de Mon Vieux de Daniel Guichard musique de Jean Ferrat en clé de sol il y a des annotations d’accords genre C, Am , Em au dessus de la portée. A quel moment doit on les jouer et comment.
    Merci pour tout le temps que vous nous accordez

    Cordialement

    Robert

    • Benoit

      Bonjour Robert,

      Avec une partition, vous pouvez vous en tenir aux notes. Les accords sont des indications supplémentaires.
      Si vous avez seulement les accords au-dessus des paroles (une tablature) : si c’est bien noté, un accord est joué en même temps que la parole ou la syllabe du dessous, jusqu’au prochain accord. Il faut essayer de tenir le rythme de la chanson en sentant où tombent les temps. La façon de jouer les accords dépend de la chanson (encore une fois de son rythme, de la vitesse, de comment faire sonner les accords soit en plaquant, en jouant des arpèges, ou des accords brisés…).

      Pour cette chanson, les accords sont arpégés, le rythme est lent. Il n’y a pas trop besoin de sentir les temps mais plutôt d’effectuer les bons enchaînements entre les accords en suivant les paroles.

      • Robert

        Bonjour Benoît

        Merci pour vos conseils et pour l’envoi de la partition, je vais essayer avec la votre.
        Car effectivement les partitions varient souvent et lorsque l’on a appris le piano en autodidacte on a du mal a s’y retrouver..
        Heureusement qu’avec vos conseils on avance, on sait que vous répondez toujours a nos questions.
        Grand merci pour votre disponibilité et votre gentillesse.
        Cordialement

        Robert

        • Benoit

          Merci Robert !

          bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de commentaires