Jouer du piano mains séparées et ensemble – conseils et méthodes

Une question qu’on se pose souvent lorsqu’on apprend une nouvelle partition au piano est la façon de jouer avec une seule main, ou bien les deux mains ensemble.
1/ Est-ce que je dois commencer à apprendre mains séparées ou mains ensemble ?
2/ Et si je commence à jouer mains séparées, quand est-ce que je passe mains ensemble ?

 

La réponse à la première question dépend essentiellement de la difficulté du morceau. Si la partition est facile pour vous, il est conseillé de démarrer directement mains ensemble.
Au contraire, si vous bloquez sur une difficulté technique, il est préférable d’aborder cette difficulté mains séparées. Pareil si vous avez du mal à lire la partition mains ensemble (lecture des notes ou du rythme).
On peut aussi bloquer sur un objectif de vitesse. Il peut être en effet laborieux d’essayer de jouer vite mains ensemble. Jouer d’une seule main pour jouer plus vite est alors beaucoup plus facile.

 

Pour la deuxième question, « quand est-ce que je repasse mains ensemble ? », la réponse est très simple. Je la donne un peu plus tard dans l’article.

 

Vous voulez connaître les autres objectifs pour apprendre le piano, cliquez-ici.

 

Les avantages de jouer mains séparées

Vous pouvez jouer d’une seule main pour :

  • Lire plus facilement sur une seule portée
  • Se concentrer sur ce que joue la main
  • Tester un doigté, un mouvement de la main sur le clavier, une position
  • Jouer vite
  • Gagner du temps pour apprendre une partition
  • Améliorer la technique
  • Automatiser – Mémoriser une des deux mains (pour mieux se concentrer sur l’autre)
  • Apprendre à détacher l’œil du clavier une fois la partie automatisée
  • Apprendre par cœur chaque main séparément

 

 

Un passage presque obligé vers l’indépendance des deux mains au piano

On le sait, dissocier ses deux mains est un point important quand on commence le piano. On bloque beaucoup trop souvent mains ensemble. C’est normal. L’indépendance des deux mains se travaille.
Pour résoudre cette difficulté plus facilement, il peut être utile de jouer plusieurs fois les mains séparées.

 

Quand il y a trop d’informations sur la partition, il ne sert à rien de s’acharner mains ensemble. Au mieux, on peut tenter de faire un ou deux déchiffrages. C’est bien pour s’entraîner sur sur ce point précis qu’est le déchiffrage (qui permet petit à petit de lire plus vite les notes).

 

Ne restez pas trop mains ensemble, surtout sur un passage plus difficile, sinon vous allez vous décourager. Ou bien le temps passé à apprendre peut être beaucoup plus long.

Jouez alors d’une seule main de façon à concentrer votre attention et vos efforts sur une seule portée.

 

Alterner le jeu mains séparées puis mains ensemble permet progressivement de dissocier ses deux mains. Mais cela ne veut pas dire que vous avez résolu le blocage sur l’indépendance.

Car dès que vous prendrez une nouvelle partition, il faudra l’aborder de la même façon : déchiffrage, mains séparées si difficultés, puis mains ensemble, revenir mains séparées si ça coince encore sur des passages…

 

Je reviens maintenant à la deuxième question posée en introduction : quand est-ce que je passe mains ensemble (ou que je commence directement un morceau mains ensemble) ?
Très simple, quand vous jouez à l’objectif de tempo, sans (trop) bloquer, et parfaitement détendu.

 

Sachez faire la différence entre blocage et interruption. Un blocage technique parce que vous ratez la même note, une imprécision dans le rythme, alors il vous faut peut-être revenir mains séparées.

 

Une interruption est différente. Elle peut être une erreur de transition entre les notes. On ne sait plus quoi jouer. Il faut alors travailler la transition entre les mesures à l’endroit même où vous vous êtes arrêté de jouer. Vous pouvez rester dans ce cas mains ensemble.
Avec le temps de pratique, 1 an, 2 ans, 3 ans, on est capable de réduire le temps d’apprentissage mains séparées.
On peut commencer directement mains ensemble sur les morceaux les plus faciles.

 

Avec un peu d’expérience, certains ne joueront que mains ensemble.
Pour d’autres, ceux qui souhaitent se lancer dans des grandes œuvres classiques (Chopin, Beethoven, Mozart…), et les partitions qui réunissent beaucoup de difficultés techniques. Dans ce cas, il peut toujours être utile de fournir un entraînement mains séparées.

 

Le travail préparatoire mains séparées permettra toujours d’apprendre et d’acquérir la technique plus vite.

 

Une petite mise en garde toutefois, quelque chose que je dis souvent.
N’allez pas vous lancer dans un morceau trop difficile.

Un morceau technique, mais abordable permet de s’améliorer. Un morceau trop technique, qui ne conduit qu’à des blocages ne vous apportera pas grand-chose : c’est beaucoup de temps, pas de satisfaction et malheureusement de la démotivation.

 

Left hand

Entraîner sa main gauche seule

Ne jouer qu’avec sa main gauche peut être utile pour :

Renforcer sa main la plus faible : on la muscle de façon à ce qu’elle devienne aussi forte et habile que la main droite (pour les droitiers).

Automatiser l’accompagnement : la main gauche sert très souvent d’accompagnement dans les morceaux. Elle tient des notes longues, elle joue sur le premier temps, elle peut battre le rythme et la cadence.
Apprendre par cœur cette partie main gauche permet d’abord d’être plus à l’aise au niveau de la rythmique. C’est aussi un bon moyen d’apprendre la régularité.

 

Une fois « libéré » de la connaissance de la partie main gauche (le plus souvent les notes en clé de Fa), on peut plus facilement se focaliser sur la main droite.

 

 

Apprendre mains séparées pour travailler sa technique

Comment peut-on envisager de bien travailler un passage technique à deux mains si on a du mal à coordonner ses deux mains et en plus des approximations dans le rythme ?
Je pense qu’on se retrouve beaucoup dans ce cas de figure. Y compris moi, je vous rassure 😉

 

Encore une fois, la technique, la coordination, le rythme, la vitesse, sont des informations trop nombreuses pour être gérées en même temps en jouant avec les deux mains.

 

En résumé, résoudre une difficulté technique au piano est plus efficace avec une seule main : pour jouer par exemple des accords, des gammes, des arpèges, des trilles, des tierces, des déplacements…

Une petite exception quand on travaille des rythmes différents aux deux mains, comme les deux pour trois. Dans ce cas, il est question de synchronisation, il est alors parfois plus pratique de travailler directement mains ensemble.

 

Valse en La bémol majeur de Chopin - Mains séparées pour coordonner plus facilement

Valse en La bémol majeur de Chopin – Mains séparées pour coordonner plus facilement

 

On joue plus vite mains séparées

Apprendre à jouer vite mains ensemble n’est pas très facile. C’est parfois délicat d’augmenter sa vitesse quand on connaît un morceau à vitesse lente. On connaît cela. Et ça devient presque impossible quand la coordination des deux mains s’écroulent : décalage dans le rythme, on rate des notes, stress, tensions…

 

Le plus simple est encore d’augmenter la vitesse chaque main séparément. Lorsque vous jouerez vite avec chacune des mains, alors vous serez plus à l’aise mains ensemble.

De plus, lorsque vous réunissez les deux mains, il peut être profitable de travailler par segments de quelques mesures. A renouveler plusieurs fois pour bien intégrer le passage, et en travaillant la transition avec le passage suivant.

 

Jouer très vite mains séparées, oui. Mais à la condition de connaître le passage techniquement. Sinon, on revient à résoudre en premier la difficulté technique, avant d’accélérer le tempo.

 

Conseils pour utiliser l’apprentissage mains séparées selon Chuan C. Chang

Ce qui va suivre concerne les pianistes qui ont déjà un peu de pratique, ou bien les curieux. On est sur une approche un peu différente de l’enseignement habituel et de ce qu’on peut lire par ailleurs.

 

Principes fondamentaux du travail du piano

Chuan Chang est l’auteur des Les fondamentaux de la pratique du piano (Fundamentals of Piano Practice). Ce livre n’est pas traduit mais vous pourrez consulter directement une traduction française sur internet.
Dans ce livre, Chuan Chang a souhaité rassembler des méthodes concrètes au piano qui selon lui permettent d’accélérer l’apprentissage.
Ces méthodes sont censées garantir une meilleure efficacité, donc une progression plus rapide.

 

Il développe largement une méthode de travail mains séparées pour résoudre les difficultés techniques.
Voici les étapes qu’il met en avant pour parvenir à bien jouer mains ensemble (je vous donne ensuite mon avis).

 

Les étapes pour travailler un morceau

  1. Apprendre par cœur, mains séparées de 80% à 100% du tempo du morceau (si possible, le morceau entier). Durée : 2 à 3 jours
  2. Commencer mains ensemble entre 30% et 50%. Objectifs : apprendre par cœur mains ensemble, s’assurer des doigtés, de la position de la main… Durée : 1 à 2 jours
  3. Revenir mains séparées pour travailler les passages les plus difficiles, à des vitesses supérieures à 100% du tempo. Objectif : jouer jusqu’à 150% du tempo (soit 1,5 fois plus vite)
  4. Alterner le travail mains séparées et mains ensemble. Objectif : monter la vitesse de jeu mains ensemble pour atteindre le tempo final, jouer sans blocage et détendu. Durée : plusieurs jours à plusieurs semaines

 

Je n’ai pas testé en pratique cet apprentissage. Je le trouve quand même intéressant car il est le résultat d’une étude assez poussée de Chuan Chang. Et c’est selon lui la méthode qui s’est appliquée à lui-même.

 

Mon avis :

Dans l’ensemble, toutes ces instructions données semblent très rigoureuses. Mais l’auteur garantit un apprentissage optimisé et surtout accéléré.

Dès le début, on s’oblige à apprendre par cœur, ce n’est pas forcément le souhait de tout le monde.
Sans apprendre par cœur, je pense qu’automatiser chaque partie (la mémoriser) serait déjà un bon début. On apprend ainsi des réflexes, on reconnaît les notes sur la partition et le clavier, on connaît les doigtés…

 

La place du travail mains séparées est très importante. Chuan Chang est catégorique avec cela. Il ne sert à rien de monter la vitesse mains ensemble, c’est contre-productif. On se heurte selon lui à « un mur de vitesse ».
Il applique alors son raisonnement : pour bien jouer mains ensemble à l’objectif de tempo, il faut d’abord bien jouer mains séparées 1,5 fois plus vite. Et en parallèle, on règle les difficultés techniques.

 

Cette méthode semble quand même faite pour des morceaux d’un niveau déjà avancé. Il s’appuie d’ailleurs dans ses exemples sur des partitions de Beethoven ou de Chopin (comme la fantaisie impromptue).

 

Vous aussi, vous aurez certainement un avis.
Si vous êtes motivé ou curieux, vous pourrez même tester la méthode de Chang.

Pour les débutants, ne vous formalisez pas trop avec ces étapes. Je suis d’accord que cela peut paraître très pompeux pour les non-initiés, mais sachez que cette méthode existe (et fonctionnera pour certains).

 

 

En conclusion, retenez que jouer d’une seule main permet d’isoler une partie. On apprend plus facilement et plus vite différents aspects du piano : la lecture, les notes, le rythme, les accords, ce que l’on appelle la technique au piano dans son ensemble.

Jouer mains ensemble peut être appliqué dès le début, pour déchiffrer, ou directement jouer des morceaux très faciles.

Cet article vous a-t-il apporté des conseils utiles ?

Continuez à apprendre en recevant tout de suite :

Les guides gratuits "Les bonnes méthodes pour apprendre vos partitions" et "300 accords de piano"

2 morceaux faciles, avec des conseils détaillés en vidéo : le 1er prélude de Bach et la chanson Hallelujah.


L'envoi est immédiat. Vos données resteront confidentielles

Partager sur facebook

22 commentaires


  • Serge

    Article très intéressant ! Merci Benoit !
    En ce qui concerne les principes fondamentaux de Chuan C. Chang, on peut le trouver en français et au format pdf à cette adresse : https://dl.dropboxusercontent.com/u/7589573/Fundamental of piano practice trad FR.pdf

    • Benoit

      Merci Serge,

      J’ajoute le lien dans l’article

  • Sonia

    Merci

  • Biermans Viviane

    Je suis tout à fait d’accord pour apprendre mains séparées et seulement lorsque je connaît le morceau en entier main droite j’ajoute la main gauche de quelques mesures et ainsi de suite
    Vraiment pas facile la synchronisation mais beaucoup de volonté
    Merci pour vos petits messages,je n’ai pas beaucoup d’expérience car à peine quatre mois que je pratique
    Pas encore de professeur à l’académie alors travail seule

    • Benoit

      Bonjour Viviane,

      L’étape coordination n’est pas facile. Mémoriser une des deux mains comme vous le faite permet de réduire la difficulté.
      Vous devriez aussi prendre le morceau directement mains ensemble pour faire au moins une fois un déchiffrage à deux mains (à vitesse très lente).
      Et renouveler cette « gymnastique » pendant la période d’apprentissage du morceau.

      Ainsi, vous verrez avec les nouveaux morceaux si vous êtes de plus en plus à l’aise à jouer directement avec les deux mains.

      Bonne continuation.

  • Hicho

    Merci pour cette excellente et didactique revue des techniques d’apprentissage et de coordination. Cela me rassure moi qui débute depuis un mois mais progresse très très lentement.

    • Benoit

      Bonjour Hicho,

      Ne vous inquiétez pas sur votre progression au début. La coordination prends du temps.
      Alterner mains ensemble et mains séparées est une bonne méthode.

      Et être à l’aise en jouant des deux mains demande au moins 1 à 2 ans.

      Bonne continuation

  • Roland

    Bonjour Benoit; bonjours à tous

    Comme je suis plus « gauche » de la main gauche, j’apprends de jouer la main gauche,étape par étape.
    Puis je passe à la main droite idem. Main pour les deux mains ensemble, je joue mesure par mesure quelque foi une ou deux ensemble en corrigeant ce qui ne va pas.Essayer les deux mains directement, j’arrive pas.Mais avant tout ça, je chante la partition(prononcer les notes à voie haute avec si possible la bonne justesse). La clef sol par exemple puis celle de Fa, de façon à avoir une image de la hauteur des notes et du rythme.C’est ce que l’on fait surtout au cours de solfège.De toute évidence l’apprentissage d’un partition dépend aussi de la vitesse à laquelle on sait la lire. Vous allez me dire que dans cet article on considère que la lecture et le chant sont des notions acquises.
    Bien amicalement,

    Roland

    • Benoit

      Merci de Roland de partager votre expérience.

      C’est juste.

      Segmenter la partition en plus de travailler chaque main. On ne peut pas faire mieux pour travailler les petits détails.
      En alternant chaque main, puis les deux, cela finit par payer.

      Lire en chantant les notes est un excellent moyen de préparer une partition.

      La lecture en plus de jouer peut énormément compliquer la tâche au début. Lire et jouer chaque main séparément est donc toujours plus facile.

      Bonne continuation

  • augustin

    merci benoit!

  • Gael

    Bonjour Benoit ,je remets le lien pour la méthode de Chuan Chang car l’autre est mort .
    Merci encore pour votre partage…..je vais voir cette méthode et je reviendrai vers vous pour mon avis de débutant. http://www.sinerj.org/~loyer/fopp/fopp-fr.pdf

    • Benoit

      Bonjour Gaël,

      Merci pour la mise à jour. Je remets le lien aussi dans l’article.

  • Anne-Marie

    Bonjour,

    J’aimerais ajouter une précision : Je suis gauchère depuis toujours (donc depuis 62 ans…) et ai les mêmes difficultés au piano avec la main gauche que les droitiers ! Donc cela n’est pas forcément un problème de droitiers. Allez savoir pourquoi….!
    Mais au fil du temps (cela fait 1 an et demi que je joue), cela s’arrange un peu. Je fais bcp de gammes et d’accords avec la main gauche, cela m’a bien aidée à la faire marcher (non mais !). Malgré tout, je trouve encore que ma main droite est plus habile au piano que la gauche…

    Cordialement
    Anne-Marie

    • Benoit

      Anne-Marie,

      Je ne peux pas me mettre à la place d’un gaucher 😉

      Peut-être que les touches plus lourdes dans les graves pénalisent l’agilité de la main gauche, même si c’est votre main forte.

  • Marie

    bonjour
    je suis à la retraite et désire faire un peu de piano ( rêve de jeunesse)
    ,mais pour le moment je suis crispée et trouve difficile, pour le solfège que je ne connais pas bien et que j’apprends toute seule,je n’ai pas beaucoup de souplesse aux doigts ,et pour votre site je reçois vos mails mais ils sont très long à lire dommage ça me brouille mais je ne désespère pas merci de votre dévouement et de vos services sur la toile merci

    • Benoit

      Bonjour Marie.

      Merci pour le retour.
      Pour l’articulation des doigts et la souplesse, vous pouvez peut-être tenter quelques exercices de délié.

      Voici l’article où je parle de délier les doigts

      Pour les messages, vous pouvez les conserver de côté. Il ne faut pas que « l’accumulation » d’info vous gêne. Petit à petit…

      Bonne continuation.

  • DINIS FILIPE

    Bonjour à tous,

    Je vais me lancer moi aussi dans les demandes de conseils ;o)
    A vrai dire je suis autodidacte, j’ai comme beaucoup commencé par jouer à l’oreille pour ensuite composer mes propres morceaux. J’avoue ne pas être trop intéressé par l’apprentissage du solfège ni la lecture de partition mais je reconnais qu’il me manquerait quelques bons exercices techniques de base pour assouplir mon jeu et gagner en dextérité.

    Ma question est donc de savoir quels exercices techniques je pourrais trouver et pratiquer pour gagner en rapidité de jeu (j’ai trouvé intéressant le détail des article sur le passage des pouces dessus /dessous), m’entraîner sur les gammes aussi (car j’ai appris en visionnant la gamme Fa dièse majeure que c’était l’index qui démarrait la gamme sur la 3e noire et non le pouce comme j’aurais naturellement eu tendance à faire).

    Je suis donc à la recherche d’exercices qui corrigent mes défauts de jeu qui sont sans doute celle de nombreux musiciens autodidacte.

    Merci encore Benoît.
    Filipé

  • Kevin

    Bonjour, merci pour votre site et votre aide !

    Je fais seul à la maison sur un Yamaha p120, j’ai 34 ans. J’apprécie les morceaux de films, ou ceux des jeux vidéos tel que Final fantasy, qui m’a donné l’envie d’apprendre le piano (à défaut de la batterie que j’adore mais aucune place)
    Question prof ici (la réunion) à part au conservatoire y’a pas grand chose et de toute façon je n’ai ni le temps et l’argent pour, sans médire !

    J’ai lu en vitesse quelques pages de la méthode de mr chang, qui déconseille Czerny par exp.
    Hors actuellement je joue grâce au pdf Czerny op599 (j’en suis à l’exercice 16, pour la rapidité y’aura du boulot lol).
    Qu’en pensez-vous ?

    Merci bien

    • Benoit

      Bonjour Kevin,

      Merci pour votre message.

      Les exercices de Czerny sont surtout intéressants pour répéter le délié des doigts (+ l’agilité et la souplesse), la coordination des mains et la vélocité si on s’entraîne à jouer plus rapidement un exercice. Tout exercice et partition est aussi une bonne chose pour progresser dans le déchiffrage.

      Après, je dirais que ces exercices ne sont pas une fin mais un moyen. Je vous conseille de jouer des exercices dans le premier temps d’une répétition (comme exercice et échauffement). Puis de réserver un gros second temps au déchiffrage ou à l’approfondissement de morceaux. Pour rendre la pratique plus agréable et motivante !

      Bonne continuation.

  • kevin

    Merci. D’accord, va falloir que je revoie le niveau des morceaux que je veux faire car j’ai du mal surtout les mains ensemble évidemment.
    Par exemple, main theme de final fantasy 7 au piano j’y ‘arrive’ la première minute mais au moment où la main gauche fait de l’arpège et la main droite la mélodie, j’ai beau essayer ça passe pas vraiment, ou très très bof. Mais à mon avis malgré la simplicité quand on l’écoute c’est une autre histoire de la jouer.

    Merci encore pour les conseils.

    • Benoit

      Bonjour Kevin,

      La main gauche est souvent plus délicate que la main droite, surtout lorsqu’elle « brode » des notes arpégées comme dans votre morceau (et qui plus est avec de grands écartements). Sa mémorisation est alors nécessaire pour être plus à l’aise lorsque vous réunirez les deux mains (d’abord lentement pour être conscient où « tombe » la main droite dans le flot des notes arpégées).

      Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus de commentaires