Solfège : l’altération des notes, gammes de Fa dièse et Ré bémol majeur

Nous allons aborder dans cet article deux points :

  • un point théorique de solfège avec une définition de l’altération des notes
  • un point pratique au piano avec deux gammes qui utilisent justement beaucoup d’altérations

 

Pour celles et ceux qui se demandent à quoi servent les touches noires du piano. Et bien la réponse est dans le sujet : les touches noires altèrent les notes « de base » (touches blanches juxtaposées aux noires quand vous regardez le clavier). Pour faire très simple, grâce aux altérations, les touches noires modifient le son « un peu » vers l’aigu (le dièse) ou « un peu » vers le grave (le bémol). Le « un peu » traduit en solfège est le plus petit intervalle que l’on trouve en musique, c’est le 1/2 ton.

 

Retrouvez sur cette page : d’autres leçons pour apprendre le solfège avec le piano

 

Les altérations

Il y a 3 types d’altérations. Sur la partition, ces altérations sont inscrites devant la note :

  • Le dièse augmente la valeur d’une note d’un demi-ton, il élève donc le son vers l’aigu
  • Le bémol diminue la valeur d’une note d’un demi-ton, il abaisse donc le son vers le grave
  • Le bécarre annule toutes altérations, dièse ou bémol qui précèdent

 

Clavier et notes

 

Remarque : cas peu fréquent mais cela existe. Il existe des doubles dièses et des doubles bémols. Dièse + dièse = 1/2 ton + 1/2 ton = 1 ton.

 

Double bémols, bémol, bécarre, dièse et double dièses

Double bémols, bémol, bécarre, dièse et double dièses

 

C’est à ce moment que vous vous dites : « Mais il n’y a pas de touches noires entre Mi et Fa, ni entre Si et Do ! » C’est vrai, l’intervalle entre ces notes est naturellement d’1/2 ton. Altérer ces notes est toujours possible, mais le résultat ne crée pas un « nouveau son » : par exemple, un Mi dièse est la même chose qu’un Fa (Cf. la gamme de Fa # plus bas). De la même façon, un Do bémol est équivalent à un Si.

 

Intervalles, gammes et tonalités

On ne va pas rentrer dans les détails comme le sujet est sur les altérations, mais il est nécessaire de rappeler l’origine des intervalles. La gamme de Do comporte 7 intervalles, avec cinq tons et deux 1/2 tons, qui sont placés dans un ordre bien déterminé. Cela équivaut à fixer un écartement précis dans la hauteur des sons entre les notes de la gamme. Ceci est un pilier en musique, c’est le fondement de la gamme dite diatonique majeure.

 

Il n’y a pas d’altération dans cette gamme de Do majeur et la gamme commence par un Do. Facile. On a donc les 7 notes dans cet ordre : Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si.

 

D’autres gammes pour d’autres tonalités : d’autres gammes sont possibles, commençant par un Ré, un Sol… ou bien une note altérée… La construction d’une nouvelle gamme impose de maintenir les intervalles et l’écartement entre les sons des notes qui la constitue. Ainsi, on aboutit à une nouvelle tonalité, et qui peut alors comporter plusieurs altérations. Voilà pour faire très court.

 

L’ordre des dièses et des bémols à la clé

Et voilà ou je voulais arriver (pas simple de parler des intervalles en quelques lignes). La tonalité d’un morceau nous ramène à regarder les altérations qui se trouvent à la clé. Il peut y avoir de 1 altération à 7 altérations (toutes les notes). Quand il y a plusieurs altérations, leur ordre est toujours le même, et celui-ci est inversé entre les dièses et les bémols.

Par exemple, s’il y a deux dièses à la clé, cela sera toujours Fa et Do ; un dièse, cela sera toujours un Fa.

 

L’ordre des dièses : Fa, Do, Sol, Ré, La, Mi, Si

L’ordre des bémols : Si, Mi, La, Ré, Sol, Do, Fa

 

Gammes utilisant les dièses ou les bémols

Après tout ce discours théorique, on va s’arrêter maintenant sur un exemple pratique. On va s’exercer sur deux gammes utilisant beaucoup d’altérations : les gammes de Fa dièse majeur et Ré bémol majeur.

 Télécharger la partition de l’exercice

pdf

 

 

Sur la partition, vous visualisez l’ordre des dièses ou des bémols dont je parlais juste avant.

Pour chacune des gammes, on commence l’exercice avec la main droite seule. Prenez votre temps et essayez de respecter deux choses : la régularité et le passage du pouce le plus naturel possible (sans tension). Puis, si c’est possible, pratiquez les deux mains ensembles. Les notes sont bien sûr les mêmes aux deux mains.

 

Ne trouvez-vous pas que mis à part le passage du pouce, on est assez à l’aise quand on joue les notes altérées (donc les touches noires), dans ces deux gammes ? Si vous comparez à la gamme de Do majeur, ne trouvez-vous pas que nos doigts sont dans une assez bonne posture ?

 

La position naturelle de la main selon Chopin

 

La position naturelle de la main selon Chopin

La position naturelle de la main selon Chopin

 

On finira alors sur cette idée qui était chère à Frédéric Chopin. Et oui ! Pour débuter l’exercice des gammes, il considérait que la gamme de Do n’était pas la plus adaptée, tout simplement en raison de la configuration des doigts de la main. Selon lui, la position la plus naturelle de la main repose sur les notes Mi, Fa #, Sol #, La # et Si # (les doigts longs sont en fait sur les touches noires).

Dans ce cadre, Chopin faisait d’abord étudier les gammes que nous venons de voir : Fa dièse, Ré bémol, ainsi que la gamme de Si.

 

Merci de votre lecture, vos commentaires et réactions sont les bienvenues.

Benoît

Partager sur facebook

20 commentaires


  • Anouk

    Bonjour!!

    Ça fait pas loin de 45 minutes que je navigue sur ton site. Je commence à donner des cours de piano tout prochainement et je cherchais une façon d’enseigner le solfège et le piano en même temps… chose que je trouve très délicate à enseigner et surtout à synthétiser. Mais je trouve que le site est vraiment bien fait, super complet et m’a donné de bonnes pistes pour commencer mon enseignement!! Merci!!

    • Benoit

      Bonjour Anouk,

      Les quelques professeurs que j’ai eu m’ont tous fait commencer par la pratique.
      J’ai commencé le piano bien plus tard, adulte, et j’avais déjà le solfège via mon 1er instrument la clarinette (il me manquait la clé de Fa).

      Plus qu’un autre instrument, je pense qu’on peut commencer le piano sur l’instrument, profiter des sonorités, du toucher… Mais sans apport du rythme, on ira pas loin.
      La lecture des notes doit se faire en parallèle si on veut être capable d’étudier avec des partitions.

      Après, pour l’apprentissage de manière générale, j’imagine que cela dépend de la personnalité de l’élève, de son âge et puis des objectifs.

      Merci et bonne continuation.

  • Ronan

    J’ai un énorme problème de solfège auquel je ne trouve pas de réponse étant autodidacte.

    Chez Scriabin, il y a des altéations (et un paquet) clé de sols, qui ne sont en revanchent pas indiquées clés de fa….

    Et comme c’est un accompagnement rapide et dissonant, impossible de savoir « à l’oreille » si quand il y a une altération dièse par exemple clé de sol se répercutent au même rythme « en dessous »… où si à ce niveau là, les deux clés sont indépendantes…

    • Benoit

      Les deux clés sont indépendantes s’agissant des altérations accidentelles qui sont notées sur l’une ou l’autre portée.

      Donc si un Sol # est indiqué sur une ou plusieurs mesures clé de sol, vous continuez à jouer sol bécarre clé de fa.

      Bonne continuation.

  • denoyelle gaetane

    comment transposer un morceau en fa diese en mi bemol ?

    • Benoit

      Bonjour,

      De Fa dièse majeur vers Mi bémol majeur : on descend toutes les notes de 1 ton et 1 demi-ton vers le bas.
      L’armure change pour la tonalité de mi bémol majeur : soit 3 bémols à la clé, Si, Mi et La.

  • ESELENGA

    Bravo!POUR VOS COURS.CA NOUS AIDE BEAUCOUP

  • kumene guillaume

    Bonjour .Je sais un peu manier avec le clavier du piano, mais je suis entrain de chercher quelqu’un qui peux m’envoyer les accords d’accompagnement. pour être à la hauteur de pouvoir jouer la chanson de l’écoute. Merci de vouloir m’aider.

    • Benoit

      Bonjour,

      Vous pourrez télécharger le guide « 300 accords de piano » en cliquant sur ce lien.

      Bonne continuation

  • manon

    bonjour
    je navigue sur ton site depuis un bon moment déjà mais je ne comprends pas vraiment comment lire les notes sur une partition de piano et je ne comprends pas nom plus l’octave ( c’est ce qu’il mette sur ma feuille de solfège ) si tu peut m’aider 😉
    a

    • Benoit

      Bonjour,

      Pour faire simple, l’octave sépare deux notes du même nom : par exemple du Do au centre du clavier vers le Do plus aigu.

      Pour la théorie, l’octave est l’intervalle qui sépare deux notes voisines du même nom.

      Sur la partition, il peut y avoir ces deux notations :
      Ottava alta : toutes les notes comprises dans les pointillés qui suivent cette notation seront alors jouées un octave au dessus.

      Ottava bassa : les notes sont jouées un octave en dessous.

      Ceci pour éviter de rajouter des lignes sur une partition, qui deviendrait illisible.

  • chris

    Bonjour Benoît !! je suis en plein travail et je te remercie encore pour ces cours clairs riches …mais n ‘ y a-t-il pas une erreur sur la première touche noire à gauche du clavier : tu as mis RE DO dièse n’ est-ce pas RE bémol Do dièse puisqu’ il y a 1 ton entre do et re ? RE n’ est équivalent à Do Dièse ?
    Mais je me trompe peut-être Merci de me le confirmer !!
    Très cordialement bonne journée
    Chris

    • Benoit

      Bonjour Chris,

      Je te confirme que la touche noire entre le Do et le Ré est un Do # ou un Ré bémol. C’est donc la même note. L’écriture dépendra de la partition et de sa tonalité.

      Bonne continuation,
      Benoît

  • Amaury

    Bonjour Benoît,
    Merci pour tout le site qui est super instructif et inspirant ! Je rebondis sur le dernier message pour une question dont je n arrive pas à trouver la réponse facilement : je compose pour des pianistes depuis longtemps mais j’ai parfois des retours dans lesquels ils me disent que les altérations que j’utilise ne leur semblent pas « naturelles » (je pense qu en termes de déchiffrage, ils trouvent la lecture malaisée) Donc ma question est simple y a t il une règle simple pour une tonalité donnée pour décider d’écrire plutôt disons la# ou sib ? Je me dis qu il doit bien avoir une logique puisque un violoniste ne jouerait pas exactement la même note… Si la réponse est compliquée sais tu où je peux peux trouver une réponse détaillée à cette question ? Ou cette question est elle sans intérêt ? Merci par avance pour ton aide 🙂
    Question bonus : je regardais la partition d Islamey de Balakirev récemment qui est remplie d’altérations (!) et j ai du mal à croire que chaque alteration est réfléchie en terme d enharmonie éventuelle Suis je dans l’erreur ??
    Bien à toi!

    • Benoit

      Bonjour Amaury,

      C’est une bonne question, je n’ai pas toutes les réponses 🙂

      Pour le côté pratique :
      La lecture d’une partition est moins aisée si il y a souvent d’autres altérations que celle à la clé (de plus avoir à la fois des # ou des b est rare).
      Pour le jeu, l’écriture est plus aisée si les intervalles « sont physiquement réalisables » (sur certains arrangements du commerce, il est par exemple difficile de jouer toutes les notes).

      La règle d’écriture générale que je connais qui concerne beaucoup de partitions :

      – les notes altérées suivent par défaut la tonalité du morceau. Les altérations à la clé ne sont pas écrites.
      – d’autres altérations peuvent rentrer dans un cadre théorique. Exemple des gammes mineures : Do mineur s’accompagnera des altérations Mi bémol et La bémol (il ne serait pas juste de mettre un Sol #).

      La construction des gammes dites diatoniques prévoit l’emplacement des tons et 1/2 tons entre les notes. De là découle l’ordre des dièses ou des bémols de ces gammes.

      D’autres constructions existent donc peut-être à l’origine d’autres altérations, mais je ne suis pas expert : d’autres modes, l’intervention de notes enharmoniques comme vous en parlez (Do # ou Ré b).

  • Berthauld

    Bjr
    Comment jouer un fa becarre (inscrit sur une partition en sib) sur le piano. C’est au fait pour savoir quelle est la note que devient un fa becarre sur une portée en sib.
    Merci. J’ai beaucoup appris sur votre site

    • Benoit

      Bonjour.

      Bonjour, un Fa bécarre d’une partition d’un instrument en Si bémol est à l’oreille 1 ton plus bas (lorsque la clarinette en Si bémol joue Do, on entend un Si bémol). Soit pour entendre la même note au piano, il faut jouer Mi bémol.
      Pour transposer la partition de l’instrument Si bémol pour le piano, il faut baisser la tonalité d’un ton.

  • France

    Bonjour Benoit

    s’il vous plait, comment joue t on un EAug et un Bdim
    et Em/B et Dm/A
    merci – bien musicalement

    • Benoit

      Bonjour France,

      E aug (Mi augmenté) : Mi/Sol#/Do
      B dim (Si diminué) : Si/Ré/Fa
      Em/B : Si/Mi/Sol
      Dm/A : La/Ré/Fa

      Pour info, vous trouverez beaucoup de schémas d’accords sur mon dictionnaire ou sur cette page avec des grilles d’accords

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus de commentaires