Les yeux sur la partition, les mains sur le clavier du piano

Deux défauts peuvent nous empêcher de jouer de manière fluide, on se retrouve trop souvent bloqué et pas qu’à cause de la technique. Quand on apprend le piano, on doit prêter attention à ces deux détails afin de les corriger assez tôt. Premièrement, garder les yeux sur la partition pour éviter de perdre le fil. Deuxièmement, ne pas laisser traîner ses mains à côté du clavier pour mieux anticiper.

 

Retrouvez sur cette page : les techniques pour apprendre à jouer du piano

 

Les yeux rivés sur la partition

 

Concentré sur la partition

On est tous confronté à cela : on lit une mesure, on la joue lentement, puis on baisse la tête pour regarder ses doigts (on peut en plus découvrir les doigtés pour la première fois), puis on s’arrête, blocage ! Puis on continue avec les notes qui suivent, on les joue, à nouveau on baisse la tête pour regarder ses doigts…

Si on ne connaît pas la partition, il paraît évident de la regarder. Mais on connaît le risque, et qui se comprend lorsqu’on débute le piano, c’est celui de regarder souvent ses doigts.

 

L’objectif qu’il faut se fixer est alors le suivant : rester concentré davantage sur la partition et essayer de moins s’attarder sur ses doigts et le clavier. Si vous parvenez à jouer lentement, mais surement, c’est déjà pas mal.

 

Attention au par cœur

Quand on connaît bien une partition, attention au par cœur sur certains passages. Le risque est de se détacher un moment puis de perdre le fil.

Certains passages demandent plus de travail. On les joue en boucle, la répétition fait qu’on retient des mesures par cœur. Et c’est là qu’on doit rester attentif, attention à ce par cœur, notre regard ne doit pas lâcher la partition des yeux. C’est le meilleur moyen d’assurer une bonne transition avec les mesures que l’on connaît moins, et donc une transition sans blocage.

 

Conserver quand même un œil sur le clavier, surtout si les écartements sont importants

La « Géographie » du clavier

La connaissance de ce que l’on appelle la « géographie » vient progressivement avec le temps. C’est un peu comme taper vite sur un clavier d’ordinateur, notre cerveau connaît la position de chaque lettre. Au piano, on a vite fait de baisser la tête sur ses doigts lorsqu’on n’est pas sûr de l’intervalle. C’est presque normal. Jetez un œil rapide s’il le faut pour ne pas manquer la touche, puis revenez rapidement à la partition.

Avec le temps, pas besoin de regarder le clavier : entraînez-vous sur les intervalles simples (notes juxtaposées, tierces) veillez à les jouer sans quitter la partition des yeux.

 

Les mains ne se détachent pas du piano

 

C’est fondamental : plus les mains sont proches du clavier, plus il est facile de trouver les touches !

 

On ne sort pas une main à l’extérieur du clavier

Parce qu’elle ne joue pas, on a vite fait de l’écarter du clavier, c’est une erreur qu’il faut prendre l’habitude de corriger. La main doit rester dans le périmètre du clavier pour être opérationnelle dés qu’on la commande. Pas en dessous, pas trop au-dessus, pas vers vous. La main doit être prête à jouer. Trop de distance et le risque est d’être en retard sur la touche, on se précipite, on manque la touche, ou on fait une fausse note puis on perd le fil de la partition. C’est encore le blocage.

 

Les longs passages sans jouer

On a tendance à poser la main sur un genou, ce n’est pas interdit. Par contre, on doit rester dans le bon timing, reposer la main sur le piano quelques secondes avant de jouer sous peine encore une fois de se précipiter et d’avoir un jeu plein d’approximations.

 

Les doigtés doivent vous aider

Lorsqu’on joue de plus grands intervalles, on risque davantage de laisser aller sa main à l’extérieur. Les bons doigtés doivent faciliter les déplacements. Par exemple, si la main gauche engage un grand déplacement vers les graves (donc vers la gauche), il est bon de jouer sa dernière note avec le pouce, avant le déplacement. A « réception », le cinquième doigt sera alors la distance la plus courte (mais tous les doigtés sont possibles en fonction de la suite de notes que l’on joue).

 

Les doigts effleurent le clavier

La position des doigts est primordiale. C’est une technique qui méritera certainement un article à lui seul. En effet, la distance à la touche, l’angle d’attaque, la vélocité, tout cela joue sur la nature du son.

Pour ce qui nous intéresse, la « liaison » au clavier, je dirais que la façon la plus simple de ne pas manquer une touche est d’avoir son doigt presque posé dessus, juste avant d’appuyer. Cela veut donc dire que la main est préparée et placée aussi au-dessus des touches (et non à 10 cm au-dessus du clavier).

 

 

J’espère que cet article vous rappelle certaines erreurs pratiques que l’on a tendance à faire. C’est un oubli et de mauvaises habitudes. Les connaître, c’est essayer de les corriger 😉

Partager sur facebook

6 commentaires


  • Gady

    merci

  • Alex

    merci beaucoup, c’est très bien !

  • Valentin Lentin

    Effectivement, il est bien de le rappeler… Un bon rappel en le lisant. Merci.

  • serge

    merci pour ces bons conseils

  • Michel

    Merci benoît.
    Etant un grand débutant je me suis particulièrement focalisé sur la rubrique : LES mains ne se détachent pas du piano.
    Mes doigts ont tendance à s’écarter des touches qui ne jouent pas.
    Existent-ils des exercices spécifiques pour remédier à cela, ou bien, alors, est-ce un exercice à long terme ?
    Merci encore.

    • Benoit

      Michel,

      Maintenir les doigts au-dessus du clavier (à la surface) est une habitude à prendre. Ainsi, vous serez au plus proche pour jouer, mieux anticiper, avoir la sensation du contact pour bien actionner la touche. Cela est aussi important pour réaliser l’action des doigts, avoir un meilleur toucher qui se ressent sur la qualité de l’attaque et donc du contrôle du son et de sa qualité.

      Voici un autre article intéressant sur l’anticipation des gestes, de façon à avoir un meilleur contrôle de ses mouvements, pour préparer une bonne attaque…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de commentaires