Le travail sur le son au piano, les bases à connaître pour avoir un beau son

Le rendu sonore est l’une des finalités du piano et de la musique en général. Vous avez passé quelques heures à apprendre un morceau, déchiffrer, noter les doigtés, décortiquer les difficultés techniques, jouer en rythme… C’est nécessaire. Et quoi d’autre ? Et bien parmi les étapes du travail d’un morceau, il y a une partie importante que l’on doit réserver au son.

Car le but final est de bien interpréter le morceau, et cela passe par le meilleur rendu sonore possible. De cette façon, vous arriverez à faire passer une émotion en jouant, pour vous-même, ou pour un public.

 

Cet article est un petit condensé sur l’aspect du son au piano. On va parler des bases théoriques à connaître pour chercher à avoir un plus beau son. Pour cela, je me suis largement inspiré des réflexions de Heinrich Neuhaus, grand pianiste et pédagogue, à partir de son livre « L’art du piano ».

 

Retrouvez sur cette page : les techniques pour apprendre à jouer du piano

 

Le travail du rendu sonore

Le travail sur le son

Voici quelques axes majeurs à prendre en compte pour travailler le son :

  • le piano
  • le touché
  • le dosage
  • la pédale

 

Le piano

Obtenir un beau son, c’est d’abord cerner les possibilités du piano, ressentir la mécanique, le poids de la touche (c’est davantage vrai pour qui joue sur un piano acoustique, qui demande « un effort » plus important). Sentez les touches graves, plus lourdes que les touches aiguës.

Entrainez-vous : appuyez sur une ou plusieurs touches, et tenez la note jusqu’à ce que l’oreille ne perçoive plus le son.

Ainsi, on fait l’expérience du son.

 

Le toucher

Il faut ressentir le mouvement qui va du bras, en passant par la main, jusqu’aux doigts. Souvent, on entend parler du poids du bras. Le poids du bras est le poids naturel qui aide la main et les doigts à pénétrer dans la touche. Ressentir ce poids permet de jouer sur l’intensité de ses attaques, sur l’intensité sonore que l’on va employer.

Entrainez-vous : posez vos doigts sur n’importe quelle touche et essayez d’enfoncer la touche sans la faire sonner. Puis, tentez de graduer votre attaque (avant l’exécution, les doigts effleurent toujours la touche). Soit, vous faites une attaque toute en souplesse, essayez de lier avec les notes suivantes. Le jeu est dans ce cas délicat. Soit vous faites une attaque très ferme, appuyée de tout le bras, le jeu est alors plus puissant.

Ainsi, on apprend à connaître ses possibilités sonores, pour une meilleure justesse d’exécution.

 

Le dosage

On rentre dans le jeu des nuances. Pour cela, il faut apprendre les différentes variétés du son, du pp (Pianissimo, le son est très faible) au ff (Fortissimo, le son est très fort).

Entrainez-vous : jouez n’importe quelle série de notes dans différentes nuances. Il ne faut pas forcer ses attaques. D’abord p (Piano, son faible), puis recommencez mp (Mezzo piano, moyennement faible), puis mf (Mezzo forte, moyennement fort), puis f (Forte, fort).
Essayez de faire varier progressivement une nuance sur un passage, à chaque changement de note (sur des notes assez longues de préférence, pour se donner le temps du dosage et de l’écoute). En augmentant le son ou en le diminuant.

Un autre exercice consiste à utiliser des nuances différentes main gauche / main droite. Pendant que votre main gauche joue piano, jouez forte de la main droite.

Ce dernier exercice est très utile pour apprendre à faire ressortir les mélodies (que l’on peut jouer fréquemment de la main droite). Plus largement, ce point permet de différencier ce que l’on appelle les différents plans sonores d’une œuvre. Si la ligne mélodique est constituée de quelques notes mains droites, il faut savoir les mettre au premier plan. Il y a la mélodie, tout le reste n’est que « garniture » et accompagnement.

Ainsi, on apprend à percevoir les nuances, modeler la matière sonore pour faire ressortir une mélodie.

 

Un exemple d’un morceau arrangé avec différentes voix. La mélodie doit être mise en avant.

 

La pédale

On ne peut pas séparer le travail du son de l’emploi de la pédale. La pédale permet de contrôler le son.

Je vous conseillerais d’abord de travailler un morceau sans pédale, surtout si vous souhaitez être sûr de vos liaisons, pour s’assurer d’une belle clarté du son (comme la pédale a tendance à gommer des défauts de liaison).

Avec la pédale, le travail sur l’intensité ou le dosage du son est le même. Ce qui est différent, c’est la prise en compte de la polyphonie. Si votre partition note les indications de pédale, servez-vous en. S’il n’y a pas d’indication, retenez qu’il ne faut pas mélanger différents sons d’harmonies différentes. Sinon, le rendu n’est pas beau, tout se mélange. Voici quelques façons de changer la pédale (pour des morceaux relativement simples) : à chaque mesure, ou à chaque chaque changement de basse, ou sur chaque temps.

 

 

Le travail de l’oreille et de l’écoute

Le son fait appel au sens de l’audition, l’oreille est alors en première ligne pour percevoir ce que vous allez jouer.

Le travail sur le son au piano est indissociable de votre écoute. Dans ce sens, il faut savoir bien s’écouter pour ressentir les sons que vous jouez.

Ecoutez-vous en train de nuancer. Ecoutez-vous en train de jouer un passage piano. Est-ce que le rendu vous semble suffisamment propre ? En vous écoutant, vous avez la possibilité de vous améliorer. Inversement, en travaillant la sonorité au piano, nous agissons sur l’oreille en l’améliorant.

 

 

On conclura par cette phrase reprise d’Heinrich Neuhaus : « le son étant la matière même de la musique, il est de notre de devoir de le perfectionner et de l’ennoblir ».

Cet article vous a-t-il apporté des conseils utiles ?

Continuez à apprendre en recevant tout de suite :

Les guides gratuits "Les bonnes méthodes pour apprendre vos partitions" et "300 accords de piano"

2 morceaux faciles, avec des conseils détaillés en vidéo : le 1er prélude de Bach et la chanson Hallelujah.


L'envoi est immédiat. Vos données resteront confidentielles

Partager sur facebook

13 commentaires


  • Garau

    merci beaucoup Benoît, pour tous ces conseils qui tombent à pic ! je me régale vraiment à jouer et je me disais hier que suivant comment on « frappe » la touche, le son peut être vraiment froid et ne rien évoquer du tout, limite désagréable.. Donc, je vais lire et écouter attentivement tous vos conseils. Ce site est vraiment extra, bravo et merci !

  • MERDY

    Cher Benoît

    Les fêtes de pâques ,se sont bien passées.Avec mon synthétiseur ,je peux mettre les touches en mode piano .Il faut appuyer plus fort ,le son est à quelque chose identique au vrai piano .Je n’ai pas installé de pédale pour avoir l’effet FORTE ,étant donné que je travaille plus en mode (synthé) .
    Je m’entraîne a faire les gammes avec les deux mains ,c’est trop bien:. l’oreille est bonne ,lentement les morceaux de musique se font avec plus de confort mais ,ce n’est pas évident de lire et de faire le tout en coordination !!!…Je fais aussi de ‘accordéon chromatique ,c’est génial comme instrument ,c’est toujours pareil ,plus on pratique mieux c’est .Comme le dit si bien Garau,le site est vraiment génial ,super et un grand merci pour les démonstrations ,qui font du bien en tout points de vue.L’avantage de l’ordi ,c’est qu’en un clic on a tout de suite le sujet qui nous intéresse ,voir plus et …si l’on veux télécharger rien de plus simple…Que du bonheur !!!ENCORE MERCI… PATRICK.

    • Benoit

      Bonjour Patrick,
      Effectivement, le plus délicat au début est de lire, coordonner ses 2 mains… Il faut y aller pas à pas et progressivement attacher de l’importance au son, ne pas le dissocier de l’étude préliminaire d’un morceau. Plus rapidement on fait l’effort de s’écouter, plus cela devient un automatisme, et on progresse à avoir une belle sonorité.
      Vous pratiquez un autre instrument, félicitation. Je ne connais pas l’accordéon chromatique, j’ai l’impression qu’il y a beaucoup de touches !

      Merci pour vos encouragements 😉 Bonne continuation
      Benoît

  • MERDY

    Cher BENOÎT.

    Ce qui me fait réellement plaisir, c’est d’avoir une réponse au courrier.L’accordéon c’est un instrument sublime…avec un seul doigt côté accompagnement,on a déjà l’accord complet en trois notes:pour le DO :DO MI SOL ;Trop bien!!!…sur d’autres instruments on joue avec les trois doigts pour avoir la même valeur !!!…Toujours est-il,qu’au niveau sonorité c’est d’enfer je m’oblige a lire la partition doucement en même temps ,l’esprit est concentré tout est délicat: la lecture ,et la mise en application.Je pense qu’en général ,il faut de la rigueur partout pour être bien dans son univers musical .La réussite vient de là !!!…Le doigté est identique comme pour le piano ,je m’entends bien par là :la numérotation évidemment…Suivant ma forme ,je travaille avec l’accordéon pendant trois heures ,quand au synthétiseur suivant l’inspiration ,je travaille entre quatre et cinq heures ,hélas pas tous les jours …dans la semaine je m’oblige à faire au moins deux fois !!!…suivant la fatigue du travail de la journée.Voilà un peu la situation actuelle,de la patience …de l’entrainement …et au bout du bonheur!!!…Bien le bonjour ,et à plus cher Benoît. PATRICK.

    • Benoit

      Vous allez rendre jaloux plus d’un pianiste si l’accordéon fait un accord complet avec 1 seule touche !
      Oui, de la rigueur et de l’organisation pour s’aménager du temps pour jouer. Un bel exemple de motivation Patrick.
      Bonne continuation

  • MERDY

    Cher Benoît.
    Je ne pense pas que le fait ,de faire de l’accordéon (rende jaloux…)qui que ce soit.Je suis en admiration de voir, justement les pianistes virtuoses évoluer avec ce merveilleux instrument qu’est le piano.Chapeau les artistes!!!…J’adore écouter toutes sorte de musiques classiques ou non ,même les grandes voix de l’opéra c’est sublime de les écouter …Enfin c’est mon truc !!!…En faisant la peinture à l’huile sur toile,afin d’avoir une bonne concentration :j’écoutais la musique classique à la radio .C’est de là que j’ai apprécié les mélodies des musiciens ,jouant les superbes morceaux de piano…C’est tellement beau et reposant ce genre de musique!!!…Oui, le fait de pouvoir pratiquer un instrument quelconque ,nous oblige dans la mesure du possible à s’entraîner ,du moins le plus régulièrement …
    Je termine en vous souhaitant de passer une bonne semaine a faire des bonnes partitions , bien le bonsoir …PATRICK.

  • perluete

    Bonsoir ! :-),

    ce qui me rendrait plutôt jalouse c’est le nombre d’heures d’entrainement que Patrick peut faire ! Il est vrai que lorsque j’avais dégagé plus de temps j’apprenais mieux et j’avais de vrais résultats; Bon je débute hein ! j’en suis toujours à m’entrainer sur « Lucy in the sky » version débutant mais je me régale, c’est bien le but. Comme d’habitude cher Benoit merci pour ce site qui ouvre mes horizons, et je vais travailler de ce pas sur « le son »;
    A très vite.
    Perluete

    • Benoit

      Bonjour Perluete,

      Chacun son rythme 😉 Et aussi une question d’organisation pour libérer du temps.
      Enfin, je vois que la motivation est au rendez-vous !

      Bonne continuation

    • MERDY

      Bonsoir Perluete

      Je viens de lire le commentaire au sujet des heures d’entrainement que j’essaye de conserver pas toujours évident!!!…Dans la mesure du possible je prends mon courage à (deux mains) pour jouer quelque heures agréables ,SI je ne suis pas trop fatigué de ma journée de travail Je fais de l’étanchéité sur terrasses bois ou béton .Travail très physique ,ne me donne pas toujours la force de m’entraîner !!!…Par contre ,si mentalement j’éprouve un besoin de faire du synthé,alors là …je suis parti pour quelque heures.C’est la femme qui s’inquiète en voyant les heures passer et me rappelle que je doit me lever pour aller au travail le lendemain matin!!!…Je constate aussi que que tu t’entraîne même en tant que(débutante) comme tu écrit c’est ta volonté qui te fera évoluer ,et çà c’est super alors je ne peux que te féliciter.L’entraînement ce n’est pas évident !!!…MAIS lorsque le bonheur est au bout des doigts…faut y aller avec beaucoup de plaisir et ne pas se laisser abattre.BON courage et à bientôt.PATRICK.

  • LANGEVIN

    Bonjour,

    Désolée Patrick, il y avait un petit moment que je n’étais pas retourné sur le site. MAIS ! je jouais beaucoup de musique et je vais de plus en plus à des concerts (piano solo entre autre) et j’y prends un plaisir de plus en plus grand. J’ai joué « Lucy sur piano à queue pour le fête de la musique, très très stressée, mais je l’ai fait et je suis contente. Tout ça grâce à Benoit. Eh oui…
    Je passe de plus en plus de temps sur mon beau piano acoustique, je l’aime.
    Et le matin, à la volée, debout, je joue un petit air, un bout de musique.
    Au bout de ce chemin, William Sheller, Eric Satie… les Beattles,, du Jazz…
    Et j’ai transmis les coordonnées à une amie qui va débuter. Je suis sûre que cela l’aidera.

    En tout cas au plaisir de vous retrouver sur tous-au-piano.com Patrick et merci encore Benoit.

    Perluete

    • Benoit

      Bonjour Perluette,
      Ouah, jouer sur un piano à queue, et en public. Superbe expérience (enfin j’imagine qu’on dit ça après, quand la pression est bien retombée 😉 )
      En tout cas bravo et merci, c’est une belle déclaration.

      Au plaisir d’accueillir cette amie sur tous-au-piano !
      A bientôt

  • Gilprieur

    Bonjour à tous,

    Je lis vos commentaires et je me sens poussé à participer.

    Bravo pour ce site qui est très documenté. Les explications sont claires…

    A 70 ans je commence le piano (numérique)… La galère mais quel plaisir !

    J’étais plutôt habitué à ne lire qu’une ligne en clef de sol alors évidemment ça change tout.

    Je m’accroche depuis bientôt deux mois j’essaie tous les jours… J’espère vivre assez longtemps pour me faire vraiment plaisir et être content du résultat.
    Merci pour tous ces « tuyaux ». Bonne continuation.

    • Benoit

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. C’est toujours enrichissant de faire partager son expérience. Ça en poussera certain à entreprendre des choses.

      Félicitation et bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de commentaires