Chopin - Nocturne Op. 62 n°1

Ecoutez – Chopin, Nocturne Op. 62 n°1 par Friedrich Gulda

Je suis arrivé par hasard sur cette vidéo d’un Nocturne de Chopin (l’opus 62 n°1). Je la trouve très bonne.

Si le morceau est très beau, l’interprète est aussi excellent. Il s’agit du pianiste autrichien Friedrich Gulda (1930-2000). Il retient l’attention et apporte beaucoup à l’oeuvre.

 

Je vous laisse regarder la vidéo, suivie de mes impressions.
(faites vous peut-être une lecture complète avant de lire mes commentaires).

Quant au Nocturne, si celui-ci n’est pas le plus connu de Chopin, vous verrez qu’on est en plein romantisme. J’espère que vous apprécierez.

A écouter tranquillement. On s’isole ou on met un casque 🙂

 

Si vous souhaitez suivre avec la partition (c’est aussi un bon exercice de lecture et d’écoute).

Télécharger la partition des 2 nocturnes op. 62 – Frédéric Chopin :

pdf

 

Retrouvez sur cette page : les autres partitions de piano

 

La mélodie, la beauté du jeu

Après les premières notes Fortes, on rentre directement dans la mélodie principale de l’oeuvre.

Cette mélodie est élégante, tout en finesse. Ce qui impressionne, c’est la manière de jouer de Friedrich Gulda.

Les mains du pianiste sont peu mobiles. Les doigts bien groupés, très proches du clavier.

Gulda rentre dans les touches avec légèreté. Le poids imprimé aux mouvements est minime.
Le son reste ainsi très doux.

 

Des « mains de velours ». Il y a une économie dans tous les gestes.

Cela semble si facile !

 

A 1’55 sec. (comme à 2’03 sec.)
Une note aigue ressort, elle est jouée plus fort : la main droite interroge.
Après cette note, la mélodie est à nouveau Piano, tout en retenue.

A 2’17 sec.
Gulda se prépare, il lance sa main droite sur le clavier. C’est un arpège joué Forte : révolte.

A la fin de l’arpège, le son reste dans la pédale. Puis, il y a ces 4 notes très lourdes, mais brèves.

Coupure et transition.

 

2’30 sec. Les mains reprennent leur place. La mélodie réapparaît, et avec elle, la tranquillité.

A 3’03 sec.
Nouveau thème, on change de couleur sonore.

Le tempo est plus pressé. L’expression est aussi partagée, tantôt Piano, tantôt crescendo et Forte.

Entre 4’15 sec. et 4’35 sec., le passage est conclu avec finesse et sensibilité.

 

Un passage technique avec des trilles

A 4’38 sec.
Reprise du 1er mouvement additionné de trilles à la main droite.

On est impressionné par la rapidité d’exécution. C’est un passage très technique. Les trilles sont comme une broderie, et certaines notes servent toujours la mélodie.

Les doigts de Friedrich Gulda sont très mobiles alors que la main reste bien en place au-dessus du clavier.

Les trilles vont vites mais le mouvement est léger. Sans exagération.

 

La sonorité est aussi sous contrôle : le rendu des trilles est homogène ou pensé pour suivre la ligne de la nuance.

Après le crescendo, c’est plus fort mais pas lourd. On a le sentiment de plus de puissance avec le respect du caractère romantique de l’oeuvre

5’33 sec. Silence.

 

La conclusion, un pianissimo très bien rendu

J’adore après 5’55 sec. Une multitude de notes qui parcourent le clavier, en descendant, en remontant. C’est Chopin.

Gulda reste excellent dans l’exécution de ces mouvements. Son jeu est « perlé », retenu.

On ressent les points culminants où les notes sont plus Fortes. A l’inverse, on tend l’oreille pour écouter les Piano les plus extrêmes. Le dosage est parfaitement réalisé.

 

Que dire de la fin, après la dernière note. Alors que c’est le silence, Gulda est comme suspendu au dernier son.
Il semble encore s’attarder, baigné dans l’oeuvre qu’il vient de délivrer de façon magistrale.

Un moment piano excellent.

 

PS : vous vous poserez certainement la question.
La femme qui apparaît à l’écran à plusieurs reprises dont au début des trilles serait l’épouse de Friedrich Gulda. D’ailleurs, les yeux de l’interprète vont souvent chercher à droite, dans la direction de cette personne.

Cet article vous a-t-il apporté des conseils utiles ?

Continuez à apprendre en recevant tout de suite :

Les guides gratuits "Les bonnes méthodes pour apprendre vos partitions" et "300 accords de piano"

2 morceaux faciles, avec des conseils détaillés en vidéo : le 1er prélude de Bach et la chanson Hallelujah.


L'envoi est immédiat. Vos données resteront confidentielles

Partager sur facebook

36 commentaires


  • Chantal

    Merci Benoît pour ce bon moment et tous les outils que tu transmets!
    Chantal

    • Benoit

      Merci Chantal !

    • Annie

      Merci Benoît… Que d’émotions dans ce morceau. Un régal

  • Malena

    Juste merci, tu sais transmettre ta passion pour la musique et le piano je trouve ça facinant ☺️

  • Patricia

    Merci Beaucoup
    C’est trop beau et tout en doigté et merci pour la partition et pour toutes les explications.
    Ai-je raison de penser que la musique de Chopin est un peu triste mais très belle ?
    Merci encore
    Patricia

    • Benoit

      Merci Patricia,

      Si c’est votre ressenti alors vous avez raison. La musique romantique est mélancolique, elle touche aux sentiments.

  • Lisette

    Merci beaucoup Benoît pour ce merveilleux « cadeau » en ce dimanche..
    Je suis une toute petite novice au piano et les commentaires que tu nous donnes, les explications sur les mouvements des mains m’aident beaucoup à comprendre l’interprétation de la musique au piano!

    Merci et bon dimanche à toi!

    • Benoit

      Merci Lisette 🙂

  • Yves

    Superbe !

    Merci Benoit

  • Suzel

    Comme s’est beau. Merci pour ce cadeau

  • Thanh

    Bonjour Benoît.
    Merci beaucoup pour ce partage , j’aime beaucoup les nocturnes de Chopin .
    Mais auriez-vous des morceaux faciles pour debutants de 2ème ou 3ème année ?
    Je vous remercie.
    Thanh

    • Benoit

      Bonjour Thanh,

      Concernant Chopin. Les partitions les plus abordables vont être quelques préludes, valses ou Mazurka.

      Il y a par exemple le prélude op. 28 n°4. Les valses en La mineur KK IV b n°11 ou celle en Si mineur op. 69 n°2.

  • HELENE

    Merci Benoît pour ce partage.

    J’adore Chopin.

    Hélène.

  • Mireille

    Merci Benoit de cette analyse, j’ai apprécié la sensibilité, légère comme des perles et le talent de Friedrich Gulda, un grand virtuose que j’ai particulièrement écouté ces derniers jours en chef d’orchestre et soliste.
    Bravo pour votre site.

    Bonne semaine
    Mireille

    • Benoit

      Merci Mireille

  • Catherine

    Bonjour,

    Merci de nous avoir fait partager ce merveilleux moment musical.
    Personnellement, je ne suis pas prête de jouer un morceau comme ça.
    Encore merci, Bonne soirée.
    Catherine

    • Benoit

      Bonjour Catherine,

      Oui, ces nocturnes sont déjà un répertoire assez ardu. On se « contentera » d’écouter et d’apprécier les maîtres à l’oeuvre 🙂

  • Carole

    Très beau morceau magnifiquement exécuté, j’aime beaucoup sa retenue, il n’en fat pas de trop mais on ressent quand même son émotion notamment dans l’expression de son visage, ce qui en fait un grand interprète!

    • Benoit

      Bonjour Carole,

      Oui, certaines mimiques des pianistes sont le lien direct de l’exécution et de l’émotion qu’ils font passer dans leur jeu (quand elles ne sont pas exagérées).

  • Christiane

    Merci beaucoup Benoit pour le partage de votre passion, le piano.
    Très belle interprétation toute en douceur en effet, on dirait qu’il effleure juste les touches.
    Quand on en est à ce niveau là, c’est sur qu’on doit se faire plaisir.
    Douce soirée

    Christiane

    • Benoit

      Merci Christiane.

      A bientôt.

  • serge

    merci c’est très apprécié

  • Laetitia

    Bonjour Benoît,bonjour à tous 🙂

    Un grand merci à vous Benoît pour ce merveilleux partage.

    Tout comme Lisette ,je suis novice dans l’apprentissage de ce merveilleux instrument de musique qu’est le piano.Vos impressions, vos détails nous aident beaucoup à comprendre cette interprétation .

    Et bien sûr,je souhaite un jour,jouer du piano à la façon de ce « cher » Mr Gulda,enfin… j’y mettrais le sourire ;)Oui bon d’accord c’est parce qu ‘il était très concentré ,mais son épouse alors ? D’accord elle aussi elle était très concentrée 🙂

    Personnellement, l’ op 69 n °2 ,du Maître Fryderyk Franciszek Chopin (1810-1849 ,formation conservatoire de Varsovie) je l’adore !!!

    Vive Mr Chopin et Mr J.S Bach mes deux compositeurs préférés !!!

    Je retourne à mes exercices de piano en vous souhaitant à tous de vivre le piano aussi passionnément que moi et même encore plus 😉 🙂 Et n’oubliez de sourire 🙂

    Bisous

    Merci Benoît pour tous !!!

    • Benoit

      Bonjour Laetitia,

      Merci pour le commentaire. Merci pour la bonne humeur, la passion et les sourires 🙂

      Bonne continuation.

  • Lefebvre Danielle

    Merci Benoit pour ce magnifique morceau de Chopin. C’est très doux et reposant. Quand j’arriverai à jouer comme cela, je serai déjà devenue une grande pro (je n’en suis pas là). Nous faire partager votre passion c’est très noble à vous. J’ai toujours grand plaisir à vous lire et recevoir vos bons conseils. Merci Benoit.
    Dany.

  • Clement

    Merci j’ai bien apprécié le morceau, il est très beau.

  • Andre

    Merci Benoit

    J’aime le pianiste.

    Andre

  • eli

    merci Benoit. Ta façon de jouer me redonne l’espoir qu’un jour je parviendrai aussi à exécuter des morceaux de ce genre tout en t’ayant comme professeur. J’apprécie ta manière d’enseigner ; tu fais de ton mieux pour dire que le piano n’est pas si difficile qu’on peut l’imaginer, ni facile non plus mais c’est plutôt le fruit de la patience. Encore merci de partager ton expérience.

    eli

    • Benoit

      Merci Eli,

      Oui, je joue sur d’autres articles mais je suis (très) loin du Friedrich Gulda de cette vidéo 🙂

  • Mélodie

    C’est vraiment super!!!
    Ecouter pareille musique c’est sublime !!!
    Mais je ne suis pas capable de jouer Chopin.

    Merci beaucoup Benoit

    Cordialement

  • Béatrice

    Bonjour Benoit. Merci pour cette belle musique de Chopin ainsi que vos commentaires.
    J’apprécie votre grande générosité.
    Béatrice

    • Benoit

      Merci Béatrice

  • Baptiste

    Merci pour ce bon choix !
    Pour ma part, la meilleure nocturne de Chopin à entendre, c’est la n° 20. C’est peut-être parce que je l’ai déjà joué des centaines de fois et qu’elle me provoque chaque fois les mêmes émotions au piano !
    Elle reste abordable même si certains passages nécessitent une belle technique.

    • Benoit

      Bonjour Baptiste,

      Le n°20 est très bien, très émouvant. Parmi les nocturnes, beaucoup sont très bons, je ne saurai pas faire de podium 🙂

      Oui, il est un peu plus abordable (le début) mais effectivement on doit avoir un bon bagage technique pour passer les 3 pour 2, les trilles et surtout les suites de notes à la fin.

      PS : on dit bien « un nocturne » (pour la pièce musicale)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de commentaires